Conseils pour acheter en Brocante & vide-grenier

Les brocantes ( stands professionnels ) et les vide-greniers ( particuliers ) ont des caractéristiques très différentes, même si la plupart des évenements sont mixtes ( et c’est tant mieux pour la diversité des objets en vente et de l’ambiance de la manifestation )

– Si vous recherchez un objet d’art, ou un large choix d’objets de collections de valeur, en acceptant d’en payer le « prix marché » et en allant vite : préférez les brocantes

– Si vous cherchez les bonnes affaires, les objets contemporains ( décoration, meubles récents, jouets… ),  le textile, ou tout simplement chiner et flaner sans trop dépenser : préférez les vide-greniers !

Conseils pour bien négocier dans une brocante :

Pour négocier au juste prix un objet auprès d’un brocanteur, il est important d’adopter la bonne attitude lors de la discussion… Voici quelques conseils de base :

1) Allez droit au but avec le vendeur : si vous trainez sur un stand, examinez pendant une longue durée sa marchandise, ou posez de multiples questions, celui-ci aura tendance à vous prendre pour un touriste qui veut lui faire perdre son temps !

2) Lorsque vous demandez le prix d’un objet, si le vendeur vous dit :

–  » c’est 50 euros » ( du tac au tac, et fermement ) : il n’est pas pret à beaucoup négocier

–  » euh… ça ? ça vaut…disons… 50 euros » : il est vendeur

– « faites-moi une offre » : il est TRES vendeur ( ou bien il ne connait pas la valeur de l’objet ).  A vous dans ce cas de montrer un intéret mesuré, en lui suggérant que vous pouvez l’aider à vous en débarrasser !

3) Les marges de négociation sont en moyennes entre 10% et 30 % du prix initial, rarement plus. Si un vendeur vous dit « ça vaut 100 », et que vous lui en proposez 30 ou 40, le vendeur sera vexé et ne fera souvent aucun effort ( …et si le prix réel était « 40 » , cela voudrait dire que le vendeur voulait vous arnaquer à la base)

4) Si vous souhaitez négocier pour faire baisser davantage un prix, proposez de prendre autre chose en plus ( ou de prendre le lot complet ). Sur le plan psychologique, il faut toujours trouver un argument supplémentaire pour changer les règles de départ si elles ne vous conviennent pas !

5) Ne jamais étaler sa science devant un professionnel, car un brocanteur préfèrera toujours vendre moins cher à un particulier sympathique, qu’à un pseudo-professionnel dont le but est souvent de revendre les objets pour faire un profit rapide.

6) Vous n’êtes pas sûr de la valeur de l’objet que vous avez repéré ? Visualisez bien votre objet, puis quittez le stand pendant quelques instants. Grâce à votre smartphone, recherchez des objets comparables sur google, ebay ou info-collection pour connaître les prix. Si l’objet vaut le coup, vous pouvez revenir en toute confiance faire votre achat !

7) De manière générale, restez relativement neutre dans vos émotions, et évoquez plutôt une attirance esthétique, que la valeur financière d’un objet.

8) La technique du « je repasserai » ou « je vais réfléchir »

Il faut savoir que 95% des personnes qui disent  » je repasserai » à un vendeur ne reviennent pas – ce n’est généralement qu’une formule plus ou moins polie ( ou lâche ! ) pour dire qu’on est pas d’accord sur le prix ou pas vraiment intéressé…

Pour celui qui revient, c’est une façon de redémarrer la négociation, mais c’est une arme à double tranchant : l’objet peut avoir été vendu entretemps, et le vendeur qui vous voit revenir sait que vous êtes très intéressé par l’objet, il ne vous fera sans doute pas un gros discount.

Quitte à jouer le tout pour le tout, autant repasser à la fin de la brocante, si le vendeur n’a pas vendu d’ici là il reconnaitra plus facilement qu’il a peut être surévalué son bien, et surtout il voudra éviter de ramener son objet à la maison.

Enfin, il faut le garder en mémoire, un profesionnel vendra toujours plus cher qu’un particulier, mais il faut accepter cette règle du jeu : Un brocanteur est là pour gagner sa vie !

Share Button